Le jeûne intermittent

Je souhaiterai parler d’une pratique qui est à la mode en ce moment: le jeûne intermittent.

Avant même de débuter cet article, je souhaiterais préciser que c’est ABSOLUMENT déconseillé aux personnes souffrant de troubles du comportement alimentaire. Comme toute privation, ce jeûne causera plus de dégâts que de bénéfices.

Il s’agit de manger sur une fenêtre de 8h et de jeûner pendant 16h.

Voici deux possibilités parmi tant d’autre mais le plus simple semble de prolonger le jeûne naturel de la nuit.

Prise alimentaire:
12h/13h à 20h
♦ 8h à 16h

Les bénéfices:
régule la glycémie en diminuant la production d’insuline (dès que l’on a du sucre dans le sang, notre pancréas secrète de l’insuline pour faire baisser le taux de sucre dans le sang)
se reconnecter à sa faim et à ses sensations de satiété
nettoyage de l’organisme en détoxifiant
⇒ améliore les performances intellectuelles
favorise la régénération cellulaire.

Conseils:
⇒ boire suffisamment de l’eau
Vous pouvez boire des tisanes sans sucre, mais le café est déconseillé car il va stimuler les hormones.
⇒ Consommez ses calories journalières aux repas: ne pas se priver aux repas du midi/soir. Les calories doivent se répartir sur les 8h de prise alimentaire toujours en écoutant sa faim.

Cette pratique peut devenir un mode de vie pour certains, je pense surtout aux personnes qui n’ont pas faim le matin, mais cela peut s’inscrire dans une période: soit 1 fois par semaine, soit le lendemain d’un lourd repas la veille, soit une semaine au changement d’une saison.

J’aime conseiller cette méthode aux personnes que j’accompagne qui n’ont plus la sensation de faim et qui ont dû mal à se reconnecter à leurs sensations de satiété. Mais en aucun cas cette pratique ne doit viser une perte de poids car ce n’est pas le premier but à atteindre.

Mal encadré cela peut être néfaste et ce n’est pas fait pour tout le monde, donc il ne faut surtout pas culpabiliser. Si vous ressentez : trop de fatigue, une frustration, un malaise, un mal de tête, je vous conseille de stopper le jeûne ou de contacter votre naturopathe.

Contre-indications: TCA (trouble du comportement alimentaire), femmes enceintes, prise de médicaments.

Si cela vous intéresse et que vous souhaitez être suivi, contactez moi par téléphone au 07.81.07.09.29 ou par email et je me ferais un plaisir de vous accompagner.

Prenez soin de vous,

Valérie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.